Aller au contenu principal »

Rechercher sur le site

Vous êtes actuellement sur :


Savoir lire une étiquette d'huile essentielle

Partagez ces informations :
Les huiles essentielles sont à la mode, on en trouve partout, beaucoup et de toutes sortes.
On sait qu'elles sont extrêmement puissantes puisqu'elles sont le concentré des principes actifs d'une plante aromatique obtenu par un procédé de distillation et que mal utilisées, la toxicité des huiles essentielles peut s'avérer dangereuse.

On est souvent tenté d'acheter ces petits flacons, mais on hésite parfois, ne sachant comment s'assurer de leur qualité.

Le tout est de savoir lire correctement une étiquette afin de s'assurer qu'un certain nombre d'informations s'y trouvent.

La première information d'identification qu'on observe est le nom de l'huile essentielle.
Il est mentionné en latin, et en français.


Référez-vous toujours au nom latin qui est précis, car il correspond à la dénomination botanique scientifique.

Souvent, à la suite de la dénomination latine, vous trouverez le sigle "CT" qui est l'abréviation du mot "chémotype".

Une même plante aromatique, botaniquement définie, ne fournira pas la même huile essentielle selon le biotope dans lequel elle se sera développée. La nature du sol, l'ensoleillement, le climat, le voisinage des autres plantes, la période de la récolte, tout cela influence les molécules qu'une plante synthétise.
Une même plante pourra donc avoir une composition moléculaire très différente en fonction du lieu où elle se sera développée. Or, chaque molécule a des propriétés bien précises et une toxicité spécifique.

Le chémotype cite la molécule qui se trouve majoritairement dans une l'huile essentielle.
Sur l'étiquette, on trouve alors la phrase "huile essentielle chémotypée", ou alors "HECT", qui en est l'abréviation.

Il est donc absolument fondamental de choisir une huile essentielle en fonction de son chémotype pour se garantir le maximum d'efficacité s'il s'agit d'un traitement thérapeutique, et de toutes façons pour se prémunir de son éventuelle toxicité.

On retrouve dans de nombreux ouvrages l'exemple du thym pour illustrer la notion du chémotype.

Il existe au moins 8 huiles essentielles différentes de Thym.

En voici trois dont on aura fréquemment l'usage :

Thymus vulgaris CT Linalol
Contient donc majoritairement du linalol qui est un alcool.
Ce Thym, antibactérien, fongique et antiviral, est celui que l'on choisira pour les enfants.
Il est doux et sans aucune toxicité.

Thymus vulgaris CT Thymol
Contient donc majoritairement du Thymol qui est un phénol.
Ce Thym est un excellent antibactérien à large spectre, doublé d'un antiparasitaire puissant.
Il demande une utilisation avertie, car il est s'avère toxique pour le Foie et dermocaustique.

Thymus vulgaris CT Thujanol
Contient donc majoritairement du Thujanol qui est un alcool.
Ce Thym est un antiviral et un antibactérien efficace.
Il est remarquablement tonique et régénérant du système hépatique.
Il est extrêmement bien toléré et ne présente aucune toxicité, hormis une légère irritation cutanée à l'état pur, chez les sujets sensibles.

Bien que ces trois huiles essentielles soient issues de la même plante, elles ont une fragrance très différente. On constate aisément qu'elles n'ont ni les mêmes propriétés, ni la même toxicité. L'une est particulièrement agressive pour la peau, une autre est parfaitement tolérée, même par les peaux sensibles.
Une, renforce et soutient le Foie, l'autre l'agresse et lui est néfaste. A hautes doses et sur une longue période, certes, mais tout de même, il ne faut en aucun cas les confondre !


Et cela est simplement impossible lorsque l'on prend soin de s'assurer du chémotype de l'huile essentielle que l'on souhaite utiliser.

Sur l'étiquette, en dessous de la dénomination latine et du nom commun de l'huile essentielle, on trouve la partie de la plante qui a été distillée pour ce flacon.

Cela peut être le zeste, la feuille, la sommité fleurie, l'écorce, la racine, et...

Sur l'étiquette d'huile essentielle, on trouve également le nom du laboratoire, le volume du flacon et le label "BIO" s'il y a lieu.

Sur le côté, le numéro de lot ainsi que la date de distillation. La date d'expiration et le pays d'origine de la plante en terre.

Avec toutes ces informations, vous avez tous les éléments dont vous avez besoin pour utiliser une huile essentielle en toute sécurité.

Reste à la conserver dans de bonnes conditions, à savoir dans un flacon en verre coloré, ou en aluminium qui la préserve de la lumière, et les huiles essentielles étant particulièrement volatiles, on veillera à ce que le bouchon soit bien fermé.
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Newsletter

Newsletter